TR

Pourquoi un article sur le toucher rectal ? Je ne sais pas. C’est une approche particulière de la relation avec le patient. Mentalement c’est quelque chose de plus difficile que demander une radio ou faire un ECG (blog d’externe bonsoir !)

Parce que aussi, quand on dit qu’on est étudiant en médecine, les plus visselards demandent : hé c’est vrai que tu fais des TR aux mamies? Et des dissections sur des morts? Et que vous vous jetez des globes oculaires pendant vos soirée? et vous mettez des doigts dans des fromages?

Ouais, tout ça.

Le TR, c’est quand même un truc d’externe. Ouais ouais il s’agit d’un acte médical (les infs peuvent pas le faire et ça les arrange bien) mais je connais très peu d’internes/médecins qui « y vont ».

Après la visite, c’est un peu l’examen complémentaire anodin, tu demanderas un fond d’oeil et tu feras un ECG et un TR. Avec en prime, le soin de me laisser expliquer le TR, pourquoi, comment, ça va pas durer longtemps et ça fera pas mal.

On peut se faire réveiller en pleine nuit pour aller faire un TR. Véridique, mon premier TR, garde du 24 au 25 décembre à 4h30 du matin. T’as déjà fait un TR? Non? Tu vas voir c’est pas compliqué. Après un examen clinique en kosovard, 2 ecg, et un patient qui vient pour céphalés chroniques (depuis 8 ans docteur) je pouvais bien faire un TR de noel.

Ça sert à quoi un TR ? En pratique, ça sert à éliminer un fécalome +++ aux urgences, en géria, n’importe où, on traque le méchant fécalome qui rend les vieux dingues et leur donne mal au bide.

Je me souviens d’une merveilleuse surprise qui m’attendait pendant le TR de 9h30 du mat, en post-cuite, bien sur. En revenant au bureau des internes : « alors? » Alors j’ai évacué un fécalome chez mme M, constipée depuis 8j. « ha on se doutait bien que ça coinçait, regarde sur l’ASP de ce matin-qu’on-a-oublié-de-te-montrer, il y a plein de merde ». Cool.

Le TR, ça sert aussi a aller toucher des prostates. Pendant mon stage en géria, j’ai du aller faire un TR chez monsieur N., syndrome confusionnel avec agressivité, contexte de démence mixte modérée. Le TR de la mort qui tue. Lui expliquer, ré-expliquer, le mettre dans son lit (ah oui parce qu’il avait confondu son lit et sa table), et lui faire mettre les genoux sur la poitrine, parce que c’est malheureusement dans cette position « humiliante » qu’on la sent mieux… (il y a la position « TR prostate » je les fais mettre sur le dos, la position « TR caca » plutôt sur le côté, c’est moins gênant pour eux et pour moi. J’ai aussi la position « TR paraplégique » pour aller tester le tonus anal).

Bon au final c’était très sympa comme moment ! Pour finallement lui triturer sa prostatite aiguë… Qui s’est avérée être une prostatite chronique connue après l’appel du MT (du boulot de sale externe) qui aurait permis d’éviter : un TR, (mais bon à la limite monsieur N ne s’en souvient plus), une « douleur exquise » et une perte de 3/4h pour moi.

Je n’explique pas tout ça aux patients, la plupart du temps je leur dit « vous êtes constipé depuis 3 ans alors je vais aller regarder un peu s’il n’y a pas un bouchon de caca, mais pour cela je vais devoir mettre un doigt dans les fesses ». Plus les questions du patient et hop je dégaine le doigtier la vaseline et l’absorbex, ton meilleur ami pour les paquets cadeaux. Oui mon crime de TR étant complètement prémédité, je planque tout dans mes poches, je n’explique pas au patient en agitant le gros tube de vaseline dans la main.

La plupart des patients (même tous je crois), acceptent, un peu fatalement (puisque c’est le seul moyen d’aller voir docteur). Personne ne s’est plein ni n’a eu mal… Quand je serai un méchant D4 blasé, je dirai aux D2 qu’on s’entraînait entre nous à en faire. (j’ai une copine qui s’est bien marré en racontant sa blague),

On le sent quand on va nous demander un TR, nous autres, externes. « euh, j’ai un truc pas très fun à te demander, tu sais euuh pour monsieur constipation chronique euuuh du 2, alors en fait euuuh… » Tu veux pas aller faire le TR, euh, tu veux parfaitr ma formation par l’intermédiaire de la pratique d’un examen complémentaire indispensable.

Cet été je passe en gynéco, vous aurez peut être un article sur les TV.

Publicités

Des cornichons tout ça.

Mme B. est une patiente qui vient pour chute dans un contexte septique (MH de oufdingue!).

Elle est complètement démente (MMS à 9, c’est moi qui lui ai fait), et je m’attends pas à avoir vraiment un contact plus que ça.

Bon, j’essaie de lui parler quand même, savoir comment elle va… elle répond toujours à côté. Elle me dit même que les filles les plus gentilles ici, ce sont elles. En me montrant Hélène et les garçons à la télé (J’ai bien ri, j’ai pas pu m’en empêcher)…

Elle dit presque toujours les deux même phrases : « oui oui, les cornichons, tout ça tout ça… » et « ha on est bien à la castagnère hein! ». Je sais pas si vous imaginez le mms de ouf, et une patience comme je n’en ai jamais eue pour arriver à la fin du mms…

Le jour où on m’a demandé de lui faire un ECG, je me suis demandé comment faire pour lui expliquer (j’ai une facheuse tendance à vouloir expliquer tout ce que je fais au patient, j’ai vraiment l’impression d’être en pédia quand je fais un ecg… Pince jaune avec… Le fil jaune… Pince… Rouge!! Fil rouge!! Etc… Et maintenant on compte jusqu’à 6 pour les petites électrodes qui vont regarder le coeur… 1-2-3-4-5-et-6 ! Bon je m’adapte au patient aussi hein, je fais pas ça pour un grand gaillard de 25a.)

Bref, pour mme B, bah je lui ai parlé cornichons et castagnere pour lui poser les électrodes et brancher les fils. C’est passé tout seul. « vous mangez beaucoup de cornichons? » « et vous en avez mangé à l’hopital? » « qu’est-ce que vous pensez de la castagnere? » « allez on parle plus pendant 30 secondes! »

Finallement j’aimais bien aller la voir. On parlait toujours de la même chose hein. Mais elle n’y peut rien du score de son mms. Je sentais qu’elle m’appréciait. Le jour de la grosse visite, chef, interne rentrent dans la chambre et au moment où je rentre elle crie et applaudit (j’ai peut être mal interprété aussi…).

Pendant que les chefs parlent entre eux (ils parlent très peu au patient en géria, voire même parlent par dessus eux, ça m’a presque choqué au début, mais on s’habitue), elle me lance « t’as une voiture? » euh non. « et tu viens avec moi ? » (on lui avait parlé de sa sortie en SSR et elle avait compris, pas si folle mme B!). Ah non je reste ici. « oh… Mais comment je vais faire moi? ». Ça m’a fait sourire. Je n’ai pas eu le temps de reparler avec elle (et puis, pour lui dire quoi de toutes façons).

Elle n’est pas restée longtemps, mais je me rappellerai toujours d’elle, de la modifications des sentiments et de leur expression chez une démente sévère. Je me souviendrais aussi toujours de la manie qu’elle avait à mettre son bracelet par dessus la chemise de nuit avec la manche retroussée… Et le marchandage tous les matins pour lui défaire « juste quelques secondes pour prendre la tension ! »

Tension mms et ECG … Pas de doute vous êtes sur le blog d’un externe !!

NB: hier j’ai retrouvé ma carte d’étudiant dans mon four. Faut que j’arrete de boire, ça me donne de fausses bonnes idées.

Pizza-HTA

Deux fois par semaine environ, je fais des sous colles avec une copine. C’est très bon enfant, pas d’esprit de compétition. On se pose des questions genre cas cliniques, puis on mange en ville (mcdo, sushis, pizzas, burger …).

Ce soir le programme est chargé, ça fait une semaine qu’on ne s’est pas vu, j’ai repoussé la dernière car trop fatigué en lendemain de garde. Au menu : HTA, MTEV, Infarctus/angor, ophtalmopathie de la sep, du basedow, trauma et brulures ophtalmo, OACR, OVCR, NOIA, patho des paupières.

Ce système me fait bien avancer et me donne un rythme. Dans 7 semaines, bientôt 6, je passe l’ORL, l’ophtalmo, la dermato, la médecine interne, la LCA et la psy.

On a déjà vu l’ORL, l’oph est finie ce soir. On a fini la cardio ce soir et la vascu à la prochaine.

Bref, tout ça ne veut pas dire que je suis meilleur… Mais ça sera un peu d’avance pour ma d4… Etant donné que j’ai lachement laissé tomber les conf… 500 euros en l’air. A cause d’un pc foutu.

Allez je me re-concentre sur le bilan de l’HTA en allant mettre mes pizzas au four …

PS : demain je ponds l’article sur mme B. J’ai pas mal d’histoire de patients que je voudrais raconter, je les garde dans un petit coin.

Grey’s anatomy

Aujourd’hui j’inaugure le slim. J’espère que je n’aurais pas à me baisser.

Ca fait 3 mois que je l’ai acheté, il est caché dans mon armoire et si je l’ai mit, c’est parce qu’en fait, je n’avais plus rien d’autre à me mettre.

J’ai opté pour une chemise blanche et un col en V pour le haut. Un vrai Dr Sheperd.

Premiers cours de médecine interne aujourd’hui. J’ai peur que ça me plaise, je les ai bossés dimanche, j’avais bien aimé. J’ai peur que ça n’entrave ma passion effrenée pour la chir. (ouais la med c’est un peu un truc de meuf…)

Ouiiiouiouioui

Mme H, environ 80 ans, rentrée en gériatrie pour AIC sylvien total gauche.

Elle était très peu réveillable à l’arrivée, hémiplégie droite sup et inf, aphasie de broca et de wernicke. Elle ne parle pas, ne réagit pas. Le matin pour lui prendre la tension, je n’ose même pas la réveiller, j’utilise le dynamap qui met 10 minutes à cause de ses tensions au plafond. (utile pour aller sur facebook en attendant). On la traite symptômatiquement, loxen, humalog, etc… on monte le kardégic à 300. Mme H attend son SSR, la visite se résume à bonjour-aurevoir et à des tests de déglutition.

Au fur et à mesure de mon stage, elle ouvre les yeux. Elle dit quelques trucs incompréhensibles et « ouiiouiouioui » quand elle est d’accord. Elle réagit. Quand je vais la voir le matin, j’essaie de lui parler, j’explique tout ce que je fais (un peu étrange pour moi qui ne suit pas très relationnel). Parfois, elle se met à rire quand j’arrive, elle est très réveillée. Ca fait plaisir d’aller la voir pendant la visite, on ne fait « rien » de transcendant pour elle, mais elle est heureuse, elle nous sourit à l’interne et moi, nous on piste les pneumopathies d’inhalation, et on traite sa PNA sur sonde. Elle est meme au fauteuil en journée parfois.

Puis tout s’enchaîne. On fait passer l’équipe de soins pall, toute la famille du sud commence à arriver pour la voir (lui dire adieu ?). Mme H commence à comprendre. Elle s’agite, elle geint. On l’entend pleurer dans les couloirs. Elle peut pas nous dire si elle a mal, si elle est anxieuse, si elle comprend que c’est la fin. On augmente les antalgiques et on introduit des anxiolytiques.

Un lit l’attend en SP le lundi de mes vacances. Je ne sais pas ce qu’elle est devenue, si elle est encore en vie ou pas. Malgré mon caractère de mec froid et méchant, ça reste ma patiente préférée de ce stage en géria.

20110325-150408.jpg