Mais tu vas me recoudre ?

Un mini article parce que je suis pas très en forme parce que je cuve.

Mlle M, 20 ans, consulte aux urgences chir. Elle s’est coupé le doigt en faisant la vaisselle. Et ça lui fait très peur. Je l’accueille dans la salle d’admission, elle me raconte vite fait son histoire : elle s’est coupée avec un verre cassé pendant la vaisselle. Je sens qu’elle va pas très bien et je lui propose de s’assoir en attendant que je lui trouve un box. « Je veux bien, je suis au bord de l’évanouissement ». Bah oui cocotte, j’avais bien vu que tu étais un peu pâle et hypra paniquée.

Je l’installe dans un box, nettoie la plaie, désinfecte, parle avec la patiente, tout ça. Elle a une plaie rectiligne nette, pas très profonde, pas de complications neuro/vascu, vaccins à jour. (C’est bien ce blog ça me fait réviser). Je lui dit qu’il va falloir sûrement mettre des points pour rapprocher les deux berges et pour arrêter le saignement.

« Mais tu vas me recoudre ? » (petit apparté : je demande aux patients de mon âge en général si je peux les tutoyer. Mais bien sur, ça dépend de la situation du terrain et de la « compliance » du patient… Je leur dis qu’il peuvent aussi me tutoyer, je ne suis qu’étudiant).

Ouais ouais je vais suturer, mais il faut pas avoir peur. Déjà je lui explique un peu tout comment ça va se passer. Le médecin va jeter un coup d’oeil. Ensuite je m’habille en stérile. Ca peut être impressionnant, je mets un masque, je sors le matériel de manière plus ou moins rituelle pour rester stérile. Je vais ensuite endormir la plaie pour pas que l’aiguille qui va servir à suturer fasse mal. C’est le moment le plus désagréable, mais elle est pas obligée de regarder. Et comme je suis trop sympa, je préviens au moment de la piqûre. Ensuite, je fais les points, je mets un pansement, et fini !

Ca a été très difficile de la rassurer. Au début, elle tremblait, elle paniquait. Quand j’ai instauré le contact, avec le tutoiement en fait, ça l’a un peu calmée, surtout quand je lui ai bien expliqué les choses. Je lui ai dit qu’elle était pas obligée de regarder ce que je faisais et qu’on allait parler d’autre chose. Je lui ai dit aussi que j’avais déjà fait ça mille fois (ouais, j’me la pète) et qu’elle n’est pas la seule à qui ça arrive, et qu’elle n’est pas la seule non plus à paniquer comme ça. (j’ai déjà vu un grand gars de 20a se mettre à chialer quand je lui ai annoncé la suture. Ca surprend).

Ensuite elle me dit que ça lui faisait peur d’entendre le bruit du porte aiguille, des ciseaux tout ça. Tiens, on me l’avait jamais faite celle-là. J’ai répondu du tac au tac que ça pouvait s’arranger. Je suis allé cherché mes écouteurs au vestiaire (en plus ce sont des écouteurs de compèt, genre le casque du mec qui tient un marteau piqueur), je lui ai prêté mon iphone, avec une musique de ce style : http://wp.me/s1t0iH-38

Elle était un peu surprise, mais très rassurée. On a parlé de ces études de psycho, que sa licence était difficile et que la fac de LSH c’était un peu le foutoir. Je l’ai aspergée voire inondée de xylocaïne, j’avais tellement peur de lui faire mal. Au moment de la suture en elle-même, musique, j’ai essayé de faire vite.

La fin s’est super bien passée. « ah c’est déjà fini ? »et elle s’est confondue en excuses d’avoir été aussi paniquée. Je pense que c’est légitime.

Enfin bref, tout ça pour dire que je n’aimais pas tellement les psys, ou même les personnalités psys. Je crois qu’il faut arriver, dans la mesure du possible bien sur, à canaliser ces personnes. Bon il y a des psychiatres pour ça, et je leur laisse le boulot avec le plus graaaaand plaisir, mais finalement, je commence à croire un peu à la psy. Pour mlle M, le principal traitement, oserais-je dire, ça n’a pas été la suture, mais la rassurer, tout faire pour qu’elle se sente bien. Ce ne sont pas des trucs qu’on apprend dans les bouquins, et puis c’est pas possible d’apprendre ça dans un bouquin.

J’ai beau avoir tendance à ne pas m’éterniser en stage, à préparer mes affaires à 17h45, à arriver en retard dès le deuxième jour… Mais le stage reste le meilleur moyen d’apprendre. Bien sûr il y a les ECN. Mais ce que je retiens le mieux, c’est des petits trucs vu sur le terrain, des conneries que j’ai pu faire. On apprend aussi à se conduire, être patient et aimable avec la famille, se blinder au niveau attachement, prendre des initiatives, ne pas se laisser marcher sur les pieds par les infirmières ou même les internes-qu’on-se-demande-s’ils-ont-été-externes-un-jour, et être aigri.

Publicités

4 commentaires sur “Mais tu vas me recoudre ?

  1. citiza dit :

    très bon article. Un bon exemple du pouvoir des paroles et de la douceur avec les patients. C’est bien d’avoir eu le temps de le faire en garde c’est pas toujours évident.

    Par ailleurs merci pour les photos! J’ai pas croisé la bestiole pour ma part mais vu des photos de l’araignée sur le côté de la cathédrale c’est assez dingue : )

  2. Biaise dit :

    Bien joué ! :)

    Comme quoi ça te sers finalement de lire Closer :P

    Hey tu me rappelles quand j’étais môme, un chien m’avais mordue, genre le chien plus gros que moi. Le médecin trouvait la blessure super belle et y avait plein de boulot alors il a appelé des étudiants.
    C’était tellement drôle de voir comment ils stressaient à l’idée de cafouiller, car les mômes, ça chiale quand tu cafouilles, ça le fait savoir. Ils avaient pas encore fait leur expérience « rassurage de patient », bah ce fut fait… avec mon père… Moi je m’en foutais. Et encore, je leur avais pas ramené la maternelle !

    T’en as eu des patients mômes où les parents sont terribles ? Ou pas encore ? Méfie toi des fois ils deviennent violent quand ils estiment que t’es un danger pour leur progéniture :P

  3. debakey dit :

    Nan en fait c’est des patients adultes…, je prends pas de gardes en pédia, j’aime pas les enfants. Mais vraiment pas. Pire que les psys, les vieux et les vieux psys.

  4. So dit :

    Le coup des écouteurs que tu prêtes c’est trop mimi … Faut pas oublier que derrière l’aspect technique des soins y’a aussi une dimension humaine super importante … Certains sont tellement dans leur délire qu’ils en oublient qu’on soigne des « personnes » … Joli article et bien joué :-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s